Les mésaventures de Tévrémencon, saison 26

Humour Ajouter un commentaire

Voici les mésaventures d’un vampire un brin idiot et de son ami qui tente de le supporter, malgré ses nombreuses bévues. Elles ont été écrites à quatre mains (mention de l’auteur entre parenthèses).

131- Vampire volant (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu crois qu’ils me laisseront refaire du trapèze ?
— Ça m’étonnerait beaucoup… t’as bousillé leur spectacle.
— Mais c’était pas exprès, je t’assure !
— Vous n’aviez pas répété un numéro pareil ?
— Ben si ! Pendant deux semaines même ! Je n’avais pas grand-chose à faire : juste m’accrocher au trapèze par les genoux, me balancer et attraper mon collègue qui venait dans l’autre sens.
— Alors pourquoi tu es tombé ?
— J’ai éternué…
— Tu as… ben voyons ! Et c’était normal, je suppose, l’absence de filet ?
— Évidemment ! Ça augmente l’adrénaline chez le spectateur !
— Et plutôt que de rester au sol en geignant sur une fausse blessure, monsieur a préféré se relever en s’écriant « putain de rhume des foins ! »
— Ouais, j’admets, je l’ai mal négociée cette chute…
— T’es vraiment con !

132- Clown de mauvaise foi (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu as vu où ils m’ont casé au cirque ?
— Oui. C’était plutôt une bonne idée je trouve.
— Quoi ?! Tu rigoles j’espère ? Clown, ça me va pas du tout !
— Si tu avais joué ton rôle correctement, le spectacle aurait été vachement sympa. Mais, comme d’habitude, il a fallu que tu y mettes ton grain de sel.
— J’aurai voulu t’y voir ! Je servais juste de cible aux autres ! De la crème, des confettis, de la flotte, de la mousse à raser et j’en passe !
— Après toutes les catastrophes que tu leur as faites, tu pouvais bien accepter ça.
— Non ! J’ai ma fierté tout de même ! J’suis un vampire après tout !
— Et donc, forcément, tu leur as balancé un truc en travers de la tronche.
— Ouais ! Chacun son tour j’me suis dit. L’embêtant, c’était qu’il me fallait quelque chose de suffisamment grand pour tous les atteindre…
— Et bien sûr, tu as choisis le poteau de soutien du chapiteau.
— Ils en ont tiré une tête quand je l’ai sorti du sol, hein ?
— Pas autant que les spectateurs quand la toile s’est effondrée.
— J’pouvais pas savoir qu’un poteau de rien du tout suffisait à tenir leur bidule !
— T’es vraiment con !

133- Rancunier (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, j’ai perdu mon boulot au cirque…
— J’espère que tu n’es pas étonné ? Après tout ce que tu leur as fait subir, les pauvres…
— Quand même, c’est pas juste ! Je faisais des efforts !
— Pour saboter leur spectacle, oui.
— T’exagère… je suis sûr que j’aurai pu trouver ma place.
— Mouais… allez, tu trouveras bien autre chose, va.
— Et comment ! J’vais pas me laisser abattre !
— À la bonne heure !
— Je commencerai à chercher dès demain… en attendant, j’ai des billets pour ce soir, tu viens avec moi ?
— Des billets pour quoi ?
— Pour le cirque tiens ! S’ils ne m’ont jamais subi comme spectateur, y vont voir c’que ça donne !
— T’es vraiment con !

134- Made in T (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, cette fois je pense que j’ai trouvé ma voie !
— Mieux vaut tard que jamais comme on dit. Alors, de quoi il s’agit ?
— Je vais monter ma boite… vendre des fringues !
— Hum… il y a déjà du monde sur ce créneau, la concurrence sera rude.
— Oh non, ça m’étonnerait ! Parce que je vais me spécialiser dans un truc auquel personne n’a pensé.
— Tiens ! Et quelle est cette idée géniale ?
— Les frusques pour vampires. Les capes, les tenues de soirées, les pyjamas insectifuges…
— Les quoi ?!
— Ben ouais, dans un cercueil, y a plein de bestioles qui bousillent mes pyjamas, alors je dois pas être le seul à vouloir trouver une solution. Je suis sûr que j’aurai des tas de clients !
— C’est clair ! Et je suppose que tu feras de la pub ?
— Évidemment, la promotion c’est important… et avec un vrai vampire comme vendeur, aucun risque de tromperie sur la marchandise !
— T’es vraiment con !

135 – Vengeance (Denis Blaizot)
— Dis Georges, tu sais que j’voudrais bien rencontrer celui qui m’a transformé en vampire  ?
— Ah ? Et ça te prends tout à coup ?
— Non, j’ai pris le temps de bien réfléchir !
— Soixante ans. C’est sûr que t’as pris le temps de la réflexion. Et pourquoi veux-tu le rencontrer ?
— Je veux qu’il comprenne bien ce qu’il m’a fait subir.
— Mouais… et tu vas lui dire quoi à ton créateur ?
— Rien.
— Alors là, c’est moi qui ne piges rien. Comment veux-tu qu’il comprenne si tu ne lui dis rien ?
— J’vais rien lui dire. J’vais lui faire subir.
— Ah ?
— Ouais ! À mon tour, j’vais l’transformer en vampire. Y va voir c’que c’est, ce gougnafier !!!
— T’es vraiment con !

Poster une réponse