Les mésaventures de Tévrémencon, saison 24

Humour Ajouter un commentaire

Voici les mésaventures d’un vampire un brin idiot et de son ami qui tente de le supporter, malgré ses nombreuses bévues. Elles ont été écrites à quatre mains (mention de l’auteur entre parenthèses).

121- File d’attente (Denis Blaizot)
— Dis Georges, les humains sont vraiment pas logiques !
— Pas moins que toi !
— Ah si ! L’autre jour, j’suis allé à la boucherie de la rue Mouffetard pour acheter du mou pour mon chat…
— Pauvre bête !
— Bah ! Elle adore le mou !
— Laisse ! Je pensais à autre chose.
— Bref ! Je descendais la rue tranquillement et j’ai longé une longue file d’attente devant la boucherie…
— Je vois. Tu as remonté la file pour leur griller la politesse.
— Mais ! Tu vas pas t’y mettre aussi ! Puisque je te dis que je descendais la rue. J’la r’montais pas. C’est pas dur à comprendre tout de même !
— T’es vraiment con !

122- Ouverture centralisée (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu as vu mon dernier achat ?
— Ce petit boitier ? Il sert à quoi ?
— À piloter l’ouverture centralisée de mon cercueil. Tu vois, j’appuie sur le bouton et ça déverrouille le couvercle qui se soulève aussitôt. Pour fermer, même principe.
— Sur ton… Mais c’est quoi l’intérêt ?
— Ben, c’est vachement plus pratique pour entrer et sortir. Plus besoin de se contorsionner pour ouvrir, c’est tip-top ! Tu devrais vraiment essayer, tu sais.
— Hum… perso, je me transforme en brume pour ce genre d’exercice, c’est pas mal aussi.
— Ah ouais ? J’y avais pas pensé !
— T’es vraiment con !

123- Un vampire en béton ! (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu m’hébergerais quelques jours ?
— Tiens, y avait longtemps ! Et qu’est-ce qui t’arrive cette fois ?
— Oh, c’est juste par précaution, au cas ou…
— Au cas ou quoi ?
— Ben, j’ai eu un petit problème avec Jarvis…
— Je t’avais prévenu d’éviter ce type ! C’est un gangster !
— C’était… il est mort.
— Ah… comment ?
— Crise cardiaque.
— Joli. Comment tu as fait ton compte ?
— Tout est parti d’un malentendu. Bref, il a voulu me coller dans la Seine avec un bloc de béton aux pieds. Je lui ai bien dit que ça ne servait à rien, mais y m’a pas écouté ! Par politesse, j’suis resté une bonne demi-heure dans la flotte mais elle est franchement trop crade. Alors je suis remonté tranquille à la surface et il était là, sur le quai, à boire un coup ! Dès qu’y m’a vu, paf, raide mort… je pouvais pas savoir qu’il était fragile du cœur moi !
— T’es vraiment con !

124 – Dialogue de sourd (Denis Blaizot)
— Dis Georges…
— Georges.
— Ben ! Pourquoi tu dis Georges ?
— Parce que tu me l’as demandé, tiens !
— Mais non !
— Mais si. Tu as dis « Dis Georges », alors j’ai dis « Georges ». Tu ne vas tout de même pas me reprocher de dire ce que tu veux que je dise !
— T’es vraiment con !

125- Faute de goût (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, elle est à quoi cette boule de glace ?
— Vanille.
— Ah… et l’autre là, la jaune foncée ?
— Mangue.
— Hum… et le bidule violet à côté ?
— Cassis.
— Eh ben… pas évident, je trouve.
— C’est pourtant toi le fan des glaces !
— Ouais, je sais, mais depuis que je suis mort, j’ai le goût perdu.
— T’es vraiment con !

Poster une réponse