Imaginales 2013

Salons Pas de commentaire »

Et voilà, c’est déjà fini ! Pour ma première participation aux Imaginales, j’ai eu droit à la pluie et au froid pendant que ma moitié déjeunait dehors à Cherbourg. Tsss ! Heureusement, à Épinal, la chaleur se trouvait ailleurs. Entre la fine équipe du Petit Caveau — Karen « Sushi » et Florence « Celle-qui-dort-à-poings-fermés » — et les nombreuses rencontres — auteurs, éditeurs, blogueurs, lecteurs — j’avais de quoi me réchauffer le cœur, à défaut d’autre chose ! Ce fut d’agréables moment d’échanges, de papotages, de fous rires, qui vont me manquer. Et, bien sûr, je n’oublie pas Stef et Annick, nos hôtes, qui nous ont choyé plus que de raison !

Le stand du Petit Caveau, avec Sushi.

Toujours le stand avec, de haut en bas et de gauche à droite : Sushi, Stef (notre hôte), Celle-qui-dort-à-poings-fermés, Cécile Duquenne et moi-même (photo Chris Duparc)

L’ambiance était donc super chaleureuse et j’ai pu discuter avec des lecteurs, dont certains ne connaissaient pas la maison d’édition, ce qui m’a fait super plaisir. Bref, une expérience que j’espère pouvoir renouveler l’année prochaine !

Moi, dans mes grandes œuvres (photo John Steelwood)

À ceux que j’ai rencontré à cette occasion, je vous dis à bientôt et, à ceux qui n’ont pu venir, peut-être vous verrais-je sur d’autres salons !

Tags :

Les mésaventures de Tévrémencon, saison 26

Humour Pas de commentaire »

Voici les mésaventures d’un vampire un brin idiot et de son ami qui tente de le supporter, malgré ses nombreuses bévues. Elles ont été écrites à quatre mains (mention de l’auteur entre parenthèses).

131- Vampire volant (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu crois qu’ils me laisseront refaire du trapèze ?
— Ça m’étonnerait beaucoup… t’as bousillé leur spectacle.
— Mais c’était pas exprès, je t’assure !
— Vous n’aviez pas répété un numéro pareil ?
— Ben si ! Pendant deux semaines même ! Je n’avais pas grand-chose à faire : juste m’accrocher au trapèze par les genoux, me balancer et attraper mon collègue qui venait dans l’autre sens.
— Alors pourquoi tu es tombé ?
— J’ai éternué…
— Tu as… ben voyons ! Et c’était normal, je suppose, l’absence de filet ?
— Évidemment ! Ça augmente l’adrénaline chez le spectateur !
— Et plutôt que de rester au sol en geignant sur une fausse blessure, monsieur a préféré se relever en s’écriant « putain de rhume des foins ! »
— Ouais, j’admets, je l’ai mal négociée cette chute…
— T’es vraiment con !

Lire le reste de cet article

Tags :