Les mésaventures de Tévrémencon, saison 25

Humour Ajouter un commentaire

Voici les mésaventures d’un vampire un brin idiot et de son ami qui tente de le supporter, malgré ses nombreuses bévues. Elles ont été écrites à quatre mains (mention de l’auteur entre parenthèses).

126- Aux urgences (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu viendrais me chercher ?
— Tiens, ça faisait longtemps… où es-tu ?
— Aux urgences psychiatriques.
— Ton nouveau pied-à-terre ?
— Te fiche pas de moi ! C’est à cause de cet idiot de pharmacien !
— Je ne vois pas trop le rapport là…
— Ben, l’autre jour, après la teuf chez Sophie, j’ai fait une réaction cutanée… j’avais des boutons et des plaques partout sur la tronche !
— Quelle idée aussi de vouloir piquer le miel des ruches de ses parents…
— Ouais bon… bref, j’suis allé voir le pharmacien pour qu’il me file un truc.
— Et attendre la régénération, ça t’aurait fait mal au cul ?
— J’pouvais pas rester comme ça, j’ai une réputation moi !
— D’accord, et donc ?
— Ben, y m’dit : « c’est pas joli à voir, vous risquez une grave réaction respiratoire, vous pourriez en mourir. J’appelle les pompiers. » Alors j’lui réponds que c’est pas la peine, vu que j’suis déjà mort !
— Évidemment… et tu n’as pas trouvé le moyen de t’enfuir ?
— Pas avec tout le monde qui me regardait voyons !
— Et maintenant tu es en psychiatrie. Tu peux te barrer, non ?
— J’y ai pensé, tu me prends pour qui ? Hop, brume et adieu Berthe !
— Alors là, je ne comprends vraiment plus rien…
— Bah figure-toi qu’ils ont une climatisation du tonnerre ! À peine transformé, j’me suis retrouvé coincé dans le conduit. C’est tout ricici là-dedans ! Bon, tu viens me déloger oui ou non ?
— T’es vraiment con !

127- Au cirque (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, comment tu as trouvé le numéro ?
— Ben, plutôt banal… tu sais, le coup du lanceur de couteau, tout le monde connaît.
— Ouais, mais admets que le final avait quelque chose de sensationnel !
— C’est clair. Voir le type t’envoyer un couteau en pleine poitrine, ça a tout de suite fait monter la température. Par contre, tu aurais peut-être dû éviter de dire : « quelqu’un peut m’enlever ce bidule, j’ai du mal à respirer. »
— J’aurai aimé t’y voir ! Une lame de cette longueur, ça t’encombre vite fait les bronches.
— Tu ne respires plus.
— Je sais, c’est psychosomatique, comme y disent à la TV. Bon alors, tu crois que je suis fait pour ce boulot ?
— Ça dépend, tu comptes te faire trucider à chaque représentation ?
— Faut voir. Comme dit le boss, l’important, c’est le côté spectaculaire. Tu crois que je devrais vomir du sang en déclamant du Shakespeare ?
— T’es vraiment con !

128- Un vampire, ça trompe énormément (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu crois que le dresseur de Pato va m’en vouloir longtemps ?
— Y a des chances. Franchement, tu aurais pu y aller mollo.
— Pas ma faute tout de même ! Le numéro se déroulait du tonnerre, rien à redire, et d’un coup v’là que Pato m’appuie sur la poitrine comme s’il voulait me transformer en crêpe !
— Un signe au dresseur et tout serait rentré dans l’ordre en une seconde.
— Ouais, j’admets, j’ai un peu paniqué. Faut dire qu’un éléphant qui t’écrase de tout son poids, ça fiche les boules !
— Eh bien sûr, tu n’as rien trouvé de mieux que de lui soulever la patte et de te relever pour lui coller une beigne.
— Ben… ouais. N’empêche, t’as vu, il en est tombé sur le cul !
— T’es vraiment con !

129- À la chaîne (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, comment tu m’as trouvé ce soir ?
— Ben… à vrai dire, un peu long.
— J’aurai aimé t’y voir ! Enchaîné dans un bassin rempli d’eau, il fallait que je me libère et j’ai bien retenu la leçon : pas de brume. Alors je crois que je me suis pas trop mal débrouillé non ?
— Et la seule solution que tu as trouvé, c’est d’arracher tous les maillons de la chaîne qui t’empêchaient de bouger ?
— Ben oui, c’était le plus simple ! Bon j’admets, comme elle était entortillée tout autour du moi, ça m’a pris du temps…
— Et elle était fermée avec quoi cette chaîne ?
— Un cadenas, pourquoi ?
— T’es vraiment con !

130- Suivez mon panache blanc (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, il était chouette le spectacle de tigres non ?
— Heu… ouais. Original, je dirai. C’était toi le dresseur ?
— Ben oui ! Tu ne m’as pas reconnu ?
— Avec l’armure de plates que tu portais, j’aurai eu du mal…
— Je sais… mais je me suis souvenu de ma dernière rencontre avec un tigre, alors j’me suis dit que ça valait mieux.
— C’est clair que tu n’as pas dû sentir les coups de pattes !
— Non, que dalle ! Je crois que ça les a calmé, du coup, et j’ai pu faire mon numéro.
— Mais pourquoi avoir terminé en courant autour de la scène comme un forcené ?
— À cause du heaume.
— Hein ?!
— Ouais, j’avais oublié d’enlever ce stupide panache blanc qui pendouillait dessus. Les tigres ont trouvé ça très marrant et ils se sont mis à me courser tous ensemble !
— T’es vraiment con !

Poster une réponse