Les mésaventures de Tévrémencon, saison 13

Humour Ajouter un commentaire

Voici les mésaventures d’un vampire un brin idiot et de son ami qui tente de le supporter, malgré ses nombreuses bévues. Elles ont été écrites à quatre mains (mention de l’auteur entre parenthèses).

 

66- Le secret de la liseuse (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu as déjà essayé une liseuse ?
— Non, pourquoi ?
— Ben, moi j’en ai acheté une. Le principe est génial, en théorie, mais au final c’est de la daube.
— Ah ? Tu as quoi comme problème ?
— Elle ne lit pas mes livres.
— Un problème de format peut-être ?
— Oh mais j’ai de tous les formats ! Aucun ne passe.
— C’est bizarre. Comment tu as procédé pour les mettre dessus ?
— Ben, tout simplement : je les pose en pile sur l’écran et j’attends la lecture.
— Hein ? Qu’est-ce que tu dérailles ?
— Mais si, je t’assure, ça devrait marcher ! Le vendeur m’a bien dit : « cela vous permet d’avoir tous vos livres sur la liseuse pour les lire ». Je sais ce que je dis !
— T’es vraiment con !

67- Recette de marrons (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu pourrais me verser de l’eau chaude dans cette bassine ?
— Bien sûr. Qu’est-ce que tu as encore fabriqué ? Tes doigts sont couverts de givre !
— Ben oui, j’ai voulu faire des marrons, tu comprends.
— Pas vraiment, non. Explique, j’ai hâte…
— J’avais envie de marrons, mais chauds, j’aime pas. Alors je me suis dis : tiens, glacés, ce serait super !
— Et ?
— Je ne savais pas trop comment faire… comme les marrons chauds, tu les fais dans la cheminée, je me suis dit que les marrons glacés, c’était au congélateur, tout simplement !
— Bien sûr, mais je ne vois pas ce que tes mains viennent faire là-dedans.
— Je n’ai pas de congélateur, tu le sais bien ! Alors j’ai été chez mon boucher. Il m’a laissé utiliser sa chambre froide, cool hein ?
— Je vois. Tu es resté combien de temps à l’intérieur ?
— Toute la journée… c’est long à geler, les marrons.
— T’es vraiment con !

 

68- Le grand sot (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu voudrais pas parler à Magalie pour moi ?
— Non.
— Oh, s’il te plait…
— J’ai dit non ! T’es vraiment trop chiant ! Je ne peux pas t’emmener à une soirée sans que tu foutes la merde !
— Boh, c’est pas ma faute…
— Ben voyons ! C’est jamais ta faute !
— S’il n’y avait pas eu cette grande gueule de Richard…
— Quoi ? Je ne vois pas le rapport entre lui et le fait que tu aies bousillé les rosiers de Magalie !
— Ah, tu vois que tu ne sais pas ce qui s’est passé !
— Raconte, mais vite.
— Ben, cet idiot a commencé à m’asticoter sur ma carrure, que j’avais trop de gras, que j’étais tout flasque… tu sais comment il est avec ses tablettes de chocolat…
— Oui, accouche !
— Il m’a parié 100 euros que je me pétais un truc si je tombais d’un tabouret.
— Et ?…
— J’ai répondu : banco, 500 que je me fais rien en tombant du balcon !

— Les rosiers étaient dessous, mais je savais pas, je t’assure !
— T’es vraiment con !

 

69- Sotte expression (Lydie Blaizot)
— Dis Georges, tu devineras jamais !
— Hum, voyons… tu as dévalé au pas de course les Champs Élysées, drapé dans une ridicule cape rouge et noire ?
— Ben… comment tu le sais ?
— C’était aux infos cette nuit. Un passant t’a filmé.
— Ah ! J’ai pas raté mon coup au moins !
— Et je peux savoir pourquoi tu as fait ça ?
— Un copain m’a sorti bêtement que les vampires, ça courrait pas les rues ! Je voulais lui prouver le contraire.
— T’es vraiment con !

 

70- Pari idiot (Denis Blaizot)
— Dis Georges, tu m’auras plus avec tes paris stupides !
— Ça reste à prouver…
— Hein ? M’enfin… En attendant, comme c’est de ta faute si je suis là, ça serait bien que tu viennes m’aider.
— Pas certain que ce soit de ma faute, mais je vais quand même essayer. C’est quoi le problème ?
— J’ai voulu faire une farce en me cachant dans un énorme gâteau d’anniversaire. Tu sais, ces gros trucs à l’américaine !
— Oui, j’avais compris. Et pourquoi tu as besoin d’aide ?
— Ben, j’me suis gouré de gâteau !
— Et en quoi ça t’empêche d’en sortir ?
— Ben, j’suis à l’Évêché, dans la salle du réfectoire. Y sont en train de fêter l’anniversaire d’un cardinal. Tu comprends, moi, les culs bénits et leurs breloques, ça a jamais été ma tasse de thé, même de mon vivant, alors maintenant !
— T’es vraiment con !

Poster une réponse