N.I.X – extraits

Science Fiction Pas de commentaire »

Aux éditions Voy’el

Concept :

N.I.X est une novella de Science-Fiction de type anticipation. Dans un futur où l’homme cherche toujours à régler les éternels problèmes économiques, sociaux et écologiques auxquels il est confronté, un scientifique génial ne trouve rien de mieux que de concevoir des humains en laboratoire. Les ennuis qui vont découler de cette décision seront bien plus graves que ceux qu’il avait imaginé…

 

Personnages principaux :

Deborah « Moon » Alexander : jeune fille surdouée en informatique, ses parents l’ont forcée à entamer des études d’arts plastiques où elle s’ennuie à mourir. Fan de tatouages et de redoublements à répétition, son seul ami est Cole, un professeur de sciences qui fait régulièrement appel à ses services.

Cole Brukenmeyer : professeur de sciences à l’université d’Howard, marié, doué en sciences et en langues, il est un éternel distrait capable d’oublier n’importe quel rendez-vous important. Il tente de convaincre les parents de Deborah qu’ils commettent une grave erreur en ne lui permettant pas de suivre les études qui lui conviendraient mieux.

Nicholaï Radovski : d’origine Russe, propriétaire d’un bar dont il est très fier – et où il a engloutit toutes ses économies – il a un passé trouble de criminel. Lors d’un accident, il a perdu son bras droit, remplacé de manière illégale par une prothèse cybernétique.

Mais jusqu’où leur existence est-elle réelle ? Quels souvenirs leurs appartiennent, lesquels ont été fabriqués ? Leur concepteur, s’il est encore en vie, peut-il vraiment les aider à recouvrer une existence normale ?

Lire le reste de cet article

Tags :

N.I.X – publication

Événements, Science Fiction 2 commentaires »

N.I.X, novella de Science-Fiction, aux éditions Voy’el (version numérique et papier).

212 pages

12 euros en version papier

Résumé :

Deborah Alexander, étudiante en arts plastiques, Cole Brukenmeyer, professeur de sciences à l’université d’Howard et Nicholaï Radovski, propriétaire d’un bar branché de Washington, n’ont a priori rien en commun. Leur destin bascule le jour où un accident de la circulation les réunit : à l’hôpital, les médecins découvrent qu’ils sont des Pronix, des humains créés par un scientifique désireux de démontrer au monde entier son génie. De simples citoyens, ils deviennent des parias de la société. Ils décident alors d’unir leurs forces pour fuir ensemble et retrouver leur créateur afin qu’il les aide. Poursuivis sans relâche, leurs chances de réussite semblent bien minces… d’ailleurs, leur ennemi est-il vraiment celui qu’ils croient ? Et au milieu de toute cette confusion, qui est ce mystérieux Buffer, joueur de golf invétéré et franchement timbré, qui ira jusqu’à les kidnapper afin de les ramener à Washington ?

Un extrait est disponible sur cette page.

Disponible en librairie, sur les plates-formes internet ou sur la boutique de l’éditeur

Tags :

Paranoïa aiguë – publication

Événements, Science Fiction Pas de commentaire »

L’anthologie « Les robots sont-ils vraiment nos amis ? » chez Voy’el

Format : 13×20 cm

274 pages

12 euros

Dix auteurs s’interrogent sur le rôle des robots dans notre futur : seront-ils nos amis ou représenteront-ils une véritable menace ?

Les textes déclinent ce thème majeur de la science fiction sur des registres aussi bien drôles qu’inquiétants.

Chaque nouvelle est illustrée par Cécile Simoni qui réalise aussi la couverture. Il s’accompagne par ailleurs d’un livret pédagogique disponible prochainement en ligne sur le site de l’éditeur au format PDF.

Les auteurs :

  • Antoine Lencou
  • Anne Goudour
  • Anne Rossi
  • Patrice Verry
  • Lydie Blaizot
  • Lilian Bézard
  • Gulzar Joby
  • Christian Fontan
  • Nicolas Gramain
  • Jennifer Flajolet-Toubas.

Le site de Voy’el

Tags :

Paranoïa aiguë – extraits

Science Fiction Pas de commentaire »

Cette nouvelle fait partie de l’anthologie « Les robots sont-ils vraiment nos amis ? » à paraître aux éditions Voy’el en février 2012.

Extrait :

Ils sont parmi nous. Les robots. Ils ont envahi notre quotidien, exécutant les tâches ingrates et fatigantes dont nous, Humains, voulions nous affranchir. Ils ont été conçus dans cet unique but : soulager nos fragiles organismes, transcender nos limites. En effet, les progrès technologiques n’ont pas permis de supprimer les travaux pénibles, voire dangereux. La sécurité des personnes et le bien-être professionnel étaient devenus la grande préoccupation du XXIIème siècle. Voilà pourquoi les crédits de la recherche en robotique avaient quadruplé en quelques années, poussant les grands laboratoires à s’investir totalement dans ce créneau. Les résultats furent plus rapides et plus prometteurs que nous ne l’escomptions. Très vite, l’évidence d’un débat sur la place des robots dans la société s’imposa et il fallut gérer l’afflux des rapports rédigés par tout ceux qui estimaient devoir faire entendre leur voix.

Les scientifiques souhaitaient des robots indépendants, capables d’initiative et de libre arbitre ; les religieux refusaient qu’ils dépassent les capacités d’une vulgaire machine outil ; les syndicats désiraient avant tout qu’ils puissent travailler sans entraves ; quant à la population, bien évidemment divisée sur le sujet, elle manifestait son soutien ou sa désapprobation dans les rues. Heureusement, ce fut à nous, politiques, de décider. Les débats durèrent de nombreux mois, chaque pays souhaitant mettre son grain de sel, mais nous parvinrent à un accord historique. Aucune machine ne devait dépasser l’homme ni même l’égaler en terme d’autonomie et de conscience de soi. Il y eut, bien entendu, de nombreuses levées de bouclier parmi les chercheurs : leurs arguments furent jugés nuisibles à la sauvegarde de l’humanité et, de ce fait, rejetés.

Il y eut alors une longue période d’étude durant laquelle nous nous penchâmes sur les limitations à imposer aux robots. Nous finîmes par les rédiger en termes clairs et indiscutables avant de soumettre ce cahier de conception au vote du parlement.

Tags :

Le Facteur 119 – publication

Événements, Science Fiction Pas de commentaire »

Le Facteur 119 est disponible !

Sur le site des éditions Voy’el à cette adresse.

Chez votre libraire ou sur la FNAC, Amazon, Alapage, Chapitre.com…

426 pages, 23 euros.

Résumé :

118 facteurs pour une I.A parfaite, telle est la formule du professeur McComb, scientifique de génie. Comme pour un bon gâteau, il ne faut rien enlever, rien ajouter, si l’on veut éviter la catastrophe. Alors lorsque son patron affuble ses créations d’un facteur supplémentaire, le rêve tourne au cauchemar et, pour sauver un peuple entier de l’extermination, il doit lui aussi faire une entorse à son procédé. Une expérience inoubliable pour un résultat au-delà de ses ambitions.

Extrait : un extrait est disponible sur cette page.

Tags :