Capital : on a rien compris au numérique, et on vous le montre !

Articles Ajouter un commentaire

Dans l’émission Capital de M6 en date du dimanche 19 février, figurait un reportage sur le numérique. Je me suis dit « chouette, enfin ils s’intéressent au sujet ! ». Eh bien, après l’avoir regardé, j’aurai préféré qu’ils se soient abstenu. En effet, ils nous ont offert une superbe démonstration du plus mauvais journalisme d’investigation !

Si le traitement superficiel global aurait pu être pardonné — sans les oublis très fâcheux qui le jalonnaient — les erreurs flagrantes et les clichés odieux, eux, ne le sont pas.

Petit tour du reportage :

Présentation des liseuses dans une grande enseigne (forcément) : hop, voilà, c’est numérique, cool pour les yeux, et y a le Wifi. Bon, c’est vachement court, mais passons. Nous allons chez une charmante jeune femme qui adore les livres, en met partout et donc, la liseuse, c’est chouette. Cela aurait été drôlement sympa de pouvoir l’entendre parler de tarifs, d’avantages autre que l’encombrement… mais non. La suite !

Nous voilà donc chez monsieur X qui achète un Kindle à madame Y. Très contents, bien sympa pour lire, premier contact avec l’engin et première dépense avec un bouquin à 15 euros de Maxime Chattam (20 euros pour la version papier). Hop, gros raccourci : les lecteurs de numérique achètent 3 fois plus de livres que les autres, donc ils claquent bien plus de fric parce que forcément, ils achètent tous des bouquins à un tarif lamentable. Les éditeurs font d’énormes bénéfices, gagnent plein de sous, etc…

Sur cette constatation odieuse, nous assistons à une pseudo enquête sur les prix que pratiquent les éditeurs (entendez par là, bien entendu, Gallimard-Laffont-Lattès et autres géants). Ben, ils font tous des ebook hyper-cher ! Et là, le journaliste nous présente un camembert (vachement bien, les trucs graphiques) sensé représenter les dépenses de l’éditeur pour les versions papiers et les versions numériques. Oh, surprise ! Le numérique ne nécessite AUCUNE dépense de conception ! Tiens, le gars ne sait visiblement pas qu’un ebook, ça se fabrique (intégration dans un logiciel, adaptation au format voulu, contrôle) et que non, ça n’est pas génialement automatique sans aucune intervention humaine nécessaire. Passons. L’ebook coûte plus cher en marketing (+ 3 %) qu’une version papier. Tiens donc… Une autre partie du camembert, dédiée aux droits d’auteur, nous apprend que ce dernier est forcément floué par le numérique, vu qu’il touche le même pourcentage. Le journaliste oubliera juste de préciser que le prix de vente n’est pas le même et que non, tous les éditeurs ne pratiquent pas ainsi. Et allez, go chez Robert Laffont, auprès d’une pauvre employée non décisionnaire à qui on demande de justifier les prix ! (aïe) Petit commentaire bien salé sur une entente entre éditeurs concernant le tarif du livre de poche et hop, c’est bouclé !

Donc voilà la conclusion sur ce volet : le prix des ebooks est beaucoup trop élevé, les méchants éditeurs en profitent. Quid des petits éditeurs, de leurs efforts, ou des ebooks à moins de 7 euros ? Passés aux oubliettes, tout ça n’est pas intéressant, surtout lorsqu’on prétend faire du journalisme d’investigation.

Et là, pour finir en beauté, il faut bien prendre du lourd : un écrivain stéréotypé, le gars qui écrit du polar au milieu des scies, haches et autres ustensiles (dont les poussières mettront à mal son pauvre ordi) et qui vend ses ebooks tout seul comme un grand sur la plate-forme d’Amazon. 5 000 exemplaires. Dans le genre cliché, ils auraient vraiment eut du mal à trouver pire… moi, je n’ai pas réussi à le trouver dans le catalogue d’Amazon, mais bon…

Donc, au final un reportage vraiment lamentable qui donnait l’impression d’être entièrement dirigé contre le numérique. De quoi se poser des questions. Le pire, c’est qu’à lire certaines réactions genre « avant, je n’avais rien contre, maintenant j’ai changé d’avis », je me dis qu’ils ont réussi leur coup.

Alors non, le numérique n’est pas un méchant qui va tout bouffer. Le papier a encore une belle vie devant lui, ne serait-ce que grâce à ses nombreux adeptes qui feraient couler un éditeur imprudent qui passerait du jour au lendemain au 100 % numérique. Avec le temps me direz-vous ? Je ne suis pas sûre que cela change grand-chose. Mais, par contre, je sais que ce type de reportage ne risque pas d’aider à y voir plus clair ! À quand une enquête complète sur le sujet ?

 

Une réponse à “Capital : on a rien compris au numérique, et on vous le montre !”

  • Moustik dit :

    Je reviens sur le fabuleux camembert : 36% (30 en version électronique) du prix du livre pour le libraire, depuis quand ? Ce 36% correspond en fait à la remise accordée au libraire par l’éditeur mais pas à la marge nette du libraire !!
    Bref, encore un reportage qui te met les poils au garde-à-vous ! Et qui est le dindon de la farce au final ? Le consommateur bien sûr…

Poster une réponse