Paranoïa aiguë – extraits

Science Fiction Ajouter un commentaire

Cette nouvelle fait partie de l’anthologie « Les robots sont-ils vraiment nos amis ? » à paraître aux éditions Voy’el en février 2012.

Extrait :

Ils sont parmi nous. Les robots. Ils ont envahi notre quotidien, exécutant les tâches ingrates et fatigantes dont nous, Humains, voulions nous affranchir. Ils ont été conçus dans cet unique but : soulager nos fragiles organismes, transcender nos limites. En effet, les progrès technologiques n’ont pas permis de supprimer les travaux pénibles, voire dangereux. La sécurité des personnes et le bien-être professionnel étaient devenus la grande préoccupation du XXIIème siècle. Voilà pourquoi les crédits de la recherche en robotique avaient quadruplé en quelques années, poussant les grands laboratoires à s’investir totalement dans ce créneau. Les résultats furent plus rapides et plus prometteurs que nous ne l’escomptions. Très vite, l’évidence d’un débat sur la place des robots dans la société s’imposa et il fallut gérer l’afflux des rapports rédigés par tout ceux qui estimaient devoir faire entendre leur voix.

Les scientifiques souhaitaient des robots indépendants, capables d’initiative et de libre arbitre ; les religieux refusaient qu’ils dépassent les capacités d’une vulgaire machine outil ; les syndicats désiraient avant tout qu’ils puissent travailler sans entraves ; quant à la population, bien évidemment divisée sur le sujet, elle manifestait son soutien ou sa désapprobation dans les rues. Heureusement, ce fut à nous, politiques, de décider. Les débats durèrent de nombreux mois, chaque pays souhaitant mettre son grain de sel, mais nous parvinrent à un accord historique. Aucune machine ne devait dépasser l’homme ni même l’égaler en terme d’autonomie et de conscience de soi. Il y eut, bien entendu, de nombreuses levées de bouclier parmi les chercheurs : leurs arguments furent jugés nuisibles à la sauvegarde de l’humanité et, de ce fait, rejetés.

Il y eut alors une longue période d’étude durant laquelle nous nous penchâmes sur les limitations à imposer aux robots. Nous finîmes par les rédiger en termes clairs et indiscutables avant de soumettre ce cahier de conception au vote du parlement.

Poster une réponse